Le droit de vote pour les étrangers : NON !

print

„L‘ADR va tout mettre en oeuvre pour empêcher le droit de vote pour les étrangers lors des élections législatives.“ Cette déclaration a été prononcée par le député Gast Gybérien lors de son entrevue avec l’ASTI

En fait c’est une évidence que seuls les nationaux peuvent élire le parlement national. C’est une réalité dans presque tous les pays du monde comme au Luxembourg et cela doit être maintenu!

Malheureusement cette évidence ne fait pas consensus entre tous les partis. Ainsi certains veulent profiter lors de la révision de notre Constitution pour introduire en douce le droit de vote pour les étrangers.

Aujourd’hui l’article 52 de la Constitution stipule : „Pour être électeur, il faut: 1° être Luxembourgeois ou Luxembourgeoise (…)“.

Le 13 mai la Commission de révision de la Constitution a adopté avec approbation du CSV, du LSAP du DP et des Verts sur proposition du Président Paul- Henri Meyers (CSV) le texte suivant : „Une loi adoptée à la majorité qualifiée peut, dans les conditions qu’elle détermine, accorder le droit de vote à des non- Luxembourgeois“.

Le parti Nei Lénk veut aller encore plus loin. Si cette stipulation est votée, alors prochainement se trouvera à la Chambre certainement une majorité pour accorder le droit de vote aux étrangers. Et plus tard également pour les frontaliers?

Le comble est que dans le Luxemburger Wort du 19 août Gilles Roth, président de la fraction CSV, a expliqué sur une page entière aux lecteurs que son parti est contre le vote pour les étrangers aux élections nationales. Il écrit: « Nous sommes d’avis, que ce droit doit être réservé uniquement aux citoyens luxembourgeois. »

Il faut oser!

Faire une proposition dans la commission de révision de la Constitution pour rayer le droit de vote exclusif pour les Luxembourgeois, et juste avant les élections se positionner contre le droit de vote aux étrangers!

Un parti qui est contre le droit de vote aux étrangers aux élections nationales doit alors être en faveur de maintenir l’article 52 dans sa stipulation actuelle dans la Constitution.

Seule une forte présence ADR à la Chambre pourrait garantir, que l’on doit être Luxembourgeois pour participer activement aux discussions politiques nationales.

C’est la raison pour laquelle l’ADR insiste, que l’article 52 soit maintenu dans sa forme originale dans la Constitution.

 

Unsere Website verwendet Cookies, die es möglich machen, Nutzer bezogene Informationen zu speichern, während er die Website nutzt. Cookies helfen uns, unser Angebot kundenfreundlicher zu gestalten.  Weitere Informationen Des Weiteren verwendet unsere Website Google Analytics, einen Webanalysedienst von Google Inc. Dieses ermöglicht uns eine Analyse der Nutzung unseres Websiteangebotes um es besser zu gestalten. Wenn Sie dies nicht wünschen, klicken Sie folgenden Link. Analytics deaktivieren.