Här President,

Sou wéi d’Chambersreglement et virgesäit, bieden ech Iech, dës parlamentaresch Fro un den Här Aarbechtsminister weiderzeleeden.

Den 9. Oktober huet d’Chamber den Traité ratifizéiert, duerch dee Kroatien um 1. Juli 2013 soll Member vun der EU ginn. Wat den Accès vun de kroatesche Bierger op den Aarbechtsmarché ugeet, gesäit deen Traité dës Iwwergangsmesurë vir: „Par dérogation aux articles 1er à 6 du règlement (UE) no 492/2011 et jusqu’à la fin d’une période de deux ans suivant la date d’adhésion, les États membres actuels appliqueront des mesures nationales, ou des mesures résultant d’accords bilatéraux, qui réglementent l’accès des ressortissants croates à leur marche du travail. Les États membres actuels peuvent continuer à appliquer ces mesures jusqu’à la fin de la période de cinq ans suivant la date d’adhésion“.

An deem Kontext géing ech gär dem Här Aarbechtsminister dës Froe stellen:

  1. Wat fir eng Mesuren hëlt Lëtzebuerg während deenen éischten zwee Joer nom EU-Bäitrëtt vu Kroatien, fir den Accès vun de kroatesche Bierger op den Aarbechtsmarché ze regelen? Geet Här Minister op de Wee vun engem bilateralen Accord?
  1. Wat fir eng Mesuren hëlt Lëtzebuerg no deenen zwee Joren? Ass den Här Minister der Meenung, datt Lëtzebuerg soll vun der Méiglechkeet profitéieren, déi am Traité virgesinn ass, fir och no deenen zwee Joren Iwwergangsmesuren a Kraaft ze loossen?
  1. Wat fir en Impakt kann de kroateschen EU-Bäitrëtt op de Lëtzebuerger Aarbechtsmarché hunn?

Mat déiwem Respekt,

Fernand Kartheiser

Deputéierten

Réponse du ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Immigration à la question parlementaire N° 2360 de l’honorable Député Monsieur Fernand Kartheiser

Aux différents aspects de la question parlementaire il y a lieu de répondre comme suit.

A l’instar des mesures décidées et prises lors de l’adhésion à l’Union européenne de huit pays d’Europe centrale en 2004, de même que lors de l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie en 2007, il est à ce stade probable que le gouvernement décidera d’appliquer les dispositions transitoires prévues par le Traité d’adhésion en ce qui concerne l’accès des ressortissants croates au marché de travail, au moins pendant une première période de deux ans. Le Gouvernement n’envisage toutefois pas de conclure un accord bilatéral à cet effet. L’article 6, paragraphe (3) de la loi modifiée du 29 août 2008 sur la libre circulation des personnes et l’immigration constitue la base légale requise pour procéder à une ouverture limitée du marché de travail.

Il est toutefois trop tôt pour pouvoir prédire quelle décision sera prise en 2015, c’est-à-dire, à la fin de la première période transitoire. Cette décision dépendra d’une part de l’évolution du marché de l’emploi dans les deux ans à venir, et de l’autre de l’affluence de la main d’œuvre croate, difficilement prévisible pour le moment.

Compte tenu des expériences du passé récent, l’impact de l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne sur le marché de travail luxembourgeois sera probablement peu considérable.