Excellence, Monsieur le Président de la République,

Suite à votre brillante élection à la haute fonction de Président de la République française, je m’empresse à vous adresser au nom du Parti alternatif démocrate réformateur (ADR) du Grand-Duché de Luxembourg mes vives félicitations et vœux de réussite.

Votre élection nous donne l’occasion de donner un nouvel essor aux relations franco-luxembourgeoise en vue d’approfondir et de renforcer encore les liens d’amitié que lient nos deux pays et nos deux peuples.

Nous espérons que votre quinquennat sera marqué par une politique internationale et européenne respectueuse des droits souverains de chaque Nation. Mon parti politique s’engage en effet pour une Europe des Nations, notion qui a d’ailleurs été créée et façonnée par d’éminents Hommes d’Etat français. Nous pensons qu’une authentique approche multilatérale doit prévaloir en Europe et remplacer la logique des directoires.

Le développement de nos relations bilatérales, notamment dans les domaines de l’économie, de l’énergie, de la science et de la recherche, ainsi que notre coopération au sein de la Francophonie  nous tiennent particulièrement à cœur. Nous nous réjouissons du fait que beaucoup de jeunes étudiants français et luxembourgeois choisissent de faire leurs études universitaires dans leur pays voisin.

Dans le domaine de l’énergie nucléaire, nous nous permettons d’attirer votre attention sur les sensibilités particulières du peuple luxembourgeois en ce qui concerne la centrale de Cattenom, qui est située à vue d’œil de la frontière. Tout accident grave dans cette centrale pourrait représenter un danger non seulement pour tous les habitants de la région, y inclus évidemment pour ceux du Grand-Duché, mais il pourrait aller jusqu’à menacer la survie du Luxembourg en tant qu’Etat. Ainsi, dans le cadre de votre nouvelle politique de l’énergie, nous vous prions de fermer outre la centrale de Fessenheim, que vous avez déjà annoncée, également celle de Cattenom. Une nouvelle prolongation de la durée d’exploitation de cette centrale devrait pouvoir être évitée. Nous sommes en effet conscients du fait que la France dispose d’un potentiel de développement fort considérable dans le secteur des énergies renouvelables qui contribuera par ailleurs au développement économique et à la création de nombreux nouveaux emplois.

Certaines difficultés que nous connaissons actuellement en Europe représentent des défis communs pour nos deux pays. Au cours de votre campagne électorale, vous aviez évoqué fort opportunément  la lutte contre l’immigration clandestine. Mon parti estime qu’il serait utile de réfléchir ensemble à des modalités de contrôle limitées et ciblées aux frontières pour lutter contre ce fléau, comme contre la criminalité transfrontalière ou encore d’autres abus de la libre circulation des personnes et des biens. Il va de soi que de tels contrôles ne sauraient remettre en question le principe même de la libre circulation ou présenter des obstacles aux honnêtes citoyens ou aux nombreux travailleurs frontaliers.

Dans l’espoir que le Gouvernement luxembourgeois fera également tout ce qui est en son pouvoir pour accorder aux relations franco-luxembourgeoises la place de choix qui leur reviennent, je vous présente, Excellence, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

Fernand Kartheiser
Président