Wäert op Sécherheet leeën an net op onbedéngte Rendement

Matten am Summerlach, de 5. August 2009, ass am Mémorial e règlement grand ducal publizéiert ginn, duerch deen de Pensiounsfong (Fonds de compensation commun au régime général de pension, geschaaffen duerch d’Gesetz Nummer 5145 vum 20. Abrëll 2004) et erlaabt kritt an Zukunft bis zu 50% vun de Rentereserven an Aktien z’investéieren. D’ADR ka mat dëser Erhéiung aus verschiddene Grënn op kee Fall averstane sinn.

D’ADR huet 2004 dat entspriechend Gesetz matgestëmmt, well mer der Meenung waren datt d’Rentereserven méi gewënnbéngend missten ugeluecht ginn, awer deemools grad ewéi haut hu mer eis ëmmer dergéint gewiert datt mat de Suen aus dem Pensiounsfong spekuléiert gëtt. Den ADR-Fraktiounschef Gast Gibéryen sot deemools: „Richteg ass,…,datt mer musse laut dem Prinzip fueren, datt dat musse sécher Investitioune sinn, déi net kënne spekulativ sinn an et gëllt och,…,den Equiliber ze fannen tëscht engem optimale Rendement an engem minimale Risiko.“

An hirem Walprogramm 2009 huet d’ADR dës Ausso ënnert anerem mat dëse Fuerderungen ënnermauert: „Die ADR spricht sich erneut dagegen aus, dass die im Rahmen dieses Gesetzes angelegten Gelder auch nur teilweise in Spekulationsprodukte investiert werden dürfen. Desweiteren muss dieses Gesetz dahingehend verbessert werden, dass in Zukunft mehr Transparenz und politische Kontrolle entsteht…“

De Verwaltungsrot vum Pensiounsfong huet 2007 knapp 5% an 2008, wéi d’Couren op der Bourse agebrach sinn knapp 3% an Aktien ugeluecht gehat. Dat kann een à la limite nach als eng Politik vum minimale Risiko betruechten. Elo soll deen Undeel op maximal 50% kënne wuessen. Dat ass fir d’ADR eng onverantwortlech Politik vum maximéierte Risiko. Mat de Suen aus dem Pensiounsfong haut drop ze hoffen datt d’Boursen sech mar erhuelen, ass Casino-Kapitalismus pur! No den Erfahrungen vun de leschte Méint muss haut méi ewéi jee virdrun Wäert op Sécherheet an net op onbedéngte Rendement geluecht ginn.

D’ADR ass enttäuscht datt d’Regierung am Summerlach esou een dach net onwichtege règlement grand ducal décidéiert huet ouni datt d’Chamber an d’Ëffentlechkeet doriwwer informéiert gewiescht gi wieren. D’ADR fuerdert dofir datt de Sozialminister Mars Di Bartolomeo der zoustänneger Chamberkommissioun sou séier wéi méiglech Ried an Äntwert gëtt. Mer wëllen och eng politesch Responsabilitéit wat d’Decisiounen vum Verwaltungsrot vum Pensiounsfong ubelaangt.

Doriwwer eraus bleiwe mer bei eiser Fuerderung aus dem Walprogramm dass de Pensiounsfong d’Chamber regelméisseg iwwer d’Entwécklung vun de Placementer informéiert.

Lëtzebuerg, den 9. September 2009


(version française)

Fonds de pension: la sécutié doit primer sur le rendement

Au milieu de l’été, le 5 aout 2009, un règlement grand-ducal a été publié au Mémorial. Il autorise à investir en actions jusqu’à 50% des réserves du fonds de pension (« Fonds de compensation commun au régime général de pension », mis en place par la loi du 20 avril 2004). Pour plusieurs raisons, l’ADR doit marquer son désaccord à ce règlement.

En 2004, l’ADR a voté en faveur du projet de loi qui a mis en place le «Fonds de compensation ». Nous soutenons le fait que les réserves du fonds de pension doivent être placées de façon à assurer des rendements en adéquation avec les marchés financiers. Mais en 2004 comme aujourd’hui, l’ADR s’est toujours opposé à ce que les réserves accumulées grâce aux cotisations des assurés soient utilisées à des fins de spéculation. En 2004, lors des débats sur le projet de loi en question, Gast Gibéryen a dit : « Il est vrai que nous devons miser sur des investissements sûrs qui ne peuvent relever de la spéculation. (…) Il s’agit de trouver l’équilibre entre un rendement optimal et un risque minimal ».

Ce point de vue a encore été souligné dans le programme électoral de 2009. On y lit : « L’ADR s’exprime une fois de plus contre le fait que, dans le cadre de la loi sur les fonds de compensation, les réserves soient investies – ne serait-ce que partiellement – dans des produits à caractère spéculatif. De plus, la loi doit être amendée afin d’assurer à l’avenir une meilleure transparence et un contrôle politique de la gestion de ce fonds. »

Le Conseil d’Administration dudit fonds a investi quelque 5% en actions en 2007, et quelque 3% en 2008 alors que les cours de la bourse se sont effondrés. Cela peut être considéré comme une politique limitant au maximum les risques. Voilà que le gouvernement porte cette limite à 50% ! Il s’agit là pour l’ADR d’un acte politique irresponsable allant en direction du risque maximal. Ceux qui misent sur une hausse de cours des bourses après y avoir englouti les réserves du fond de pension jouent au capitalisme-casino ! Suite aux expériences récentes, il y a lieu plus que jamais de privilégier les placements sûrs à ceux promettant des rendements juteux.

L’ADR est déçu que le gouvernement ait utilisé la trêve estivale pour prendre un règlement grand-ducal d’une telle portée, sans en informer la Chambre et les citoyens. L’ADR exige que le ministre de la Sécurité sociale, Mars di Bartolomeo, vienne s’expliquer dans les meilleurs délais devant la commission parlementaire ad hoc. L’ADR exige encore que les décisions du Conseil d’Administration du Fonds de compensation relèvent de la responsabilité politique.

Au-delà de ces exigences, l’ADR maintient celle exprimée dans son programme électoral, à savoir que la Chambre doit être informée régulièrement sur l’évolution des placements effectués dans le cadre du « Fonds de compensation commun au régime général de pension ».

Luxembourg, le 9 septembre 2009